Rechercher

PRENDRE DE LA HAUTEUR

Je vous propose de prendre de la hauteur pour voir plus loin. Quelle évidence, me direz-vous !

Je constate pourtant que cette évidence est souvent peu appliquée. Elle l’est d’autant moins que la situation est stressante, qu’il y a une pression du temps ou des enjeux stratégiques et financiers importants.

La recherche de solutions instantanées, visibles et mesurables ou de performance poussent à faire, à produire, à réagir vite.

L’inconvénient de ce mode hyperactif, le nez dans le guidon, centré sur le résultat immédiat est double.

Il empêche de voir la route au loin, d’avoir une vision d’ensemble, d’anticiper les changements de direction, les obstacles, les transformations du terrain. Il donne la satisfaction d’être efficace parce que les sujets avancent avec le risque de passer à côté des signaux faibles sans les percevoir (problème relationnel, défaut d’organisation, déresponsabilisation des acteurs de l’entreprise).

Il conduit, de plus, l’organisme à la surchauffe : manque de respiration, crispation musculaire, fatigue, difficulté à organiser ses idées, à se concentrer.

Prendre de la hauteur, c’est à l’inverse FAIRE MOINS pour ETRE PLUS.


👂Etre plus à l’écoute de ce qui se passe dans l’entreprise en prenant le temps de rencontrer et d’échanger quelques mots avec les membres de son équipe ou des autres équipes. C’est une forme de reconnaissance qui crée du lien et entretient un climat de confiance.


🔗 Etre plus en connexion avec son corps et s’accorder régulièrement dans la journée des temps de respiration et d’hydratation. Boire un verre d’eau par heure et faire trois respirations en conscience entre deux rendez-vous par exemple. Cela fait redescendre la pression de la course effrénée dans l’action et recharge en énergie le cerveau gros consommateur d’oxygène.


🤗 Etre plus disponible et ouvert en conservant des plages de lecture et de réflexion, d’introspection, pour ressentir les tendances. Ainsi, vous évitez de vous laisser emporter dans un mode de pilotage automatique qui suit le flot sans prise en compte des subtilités du moment.


C’est ce que fait Warren Buffett. Il prend chaque jour un temps pour s’asseoir et réfléchir ou pour lire et réfléchir. Cette prise de recul permanente lui évite de prendre des décisions sous l’impulsion ou de suivre les tendances du moment. Il a ainsi souvent anticipé les retournements de marché ou investi dans des actifs que les autres investisseurs boudaient.


Cette présence au monde qui vous entoure permet de ressentir ce qui se passe, d’intégrer dans vos prises de décision des informations imperceptibles, d’anticiper, de nourrir votre créativité, d’avoir une vision d’ensemble et de voir plus loin.


Elle apporte également une prise de recul par rapport aux événements qui surgissent tout au long d’une journée. Laisser du temps avant de répondre évite d’être dans l’émotionnel, dans la ré-action. Plus le sujet est émotionnel et plus il est important de prendre son temps, de prendre conscience de ce qui se passe en nous avant d’agir. Prendre ne serait-ce qu’une respiration avant de répondre aide à prendre de la distance avec l’émotion ressentie.


Si ETRE vous semble difficile à intégrer dans votre emploi du temps, observez ce que vous ressentez à l’idée de prendre ce recul.


Quelles sont les petites voix qui vous viennent aux oreilles ? « J’aurais plus vite fait de le faire moi-même que de devoir l’expliquer. Si je ne réponds pas maintenant, le dossier va prendre du retard… »


Quelles émotions émergent ?


A quels besoins répondez-vous en étant dans le FAIRE ?


Et si vous preniez quelques minutes d’introspection pour répondre à ces questions, pour relever la tête, larguer les sacs de sable qui empêchent votre montgolfière de prendre de la hauteur et d’avoir un champ de vision plus large.

Sereinement vôtre,


Valérie